1 In Colombie-Britannique/ PVT Canada/ PVT Vancouver/ Vancouver

La vie à Vancouver vs les autres villes canadiennes

Quelle ville choisir ? Pourquoi Toronto plutôt que Montréal ? Pourquoi Montréal plutôt que Vancouver ? Pourquoi une grande ville plutôt qu’une plus petite ? Je veux changer de ville pour la suite de mon aventure canadienne et je ne sais pas où aller… Avec un groupe de 8 blogueuses françaises installées au Canada, nous vous proposons une série d’articles basée sur une trame commune reprenant des critères similaires pour vous aider dans vos recherches et votre choix.

 

Contexte

Après avoir vécu six années à Paris, j’ai décidé de partir vivre à Montréal, PVT en poche. Je ne suis pas partie seule, mon copain est venu avec moi. Lui n’a pas eu la chance d’être tiré au sort au PVT, alors il est venu avec moi d’abord en permis “touriste” puis en permis “conjoint de fait“. Après un an dans la ville québécoise, on décide de changer en partant toujours plus à l’ouest : direction Vancouver. On ne connaît pas la province, on ne connaît rien de la ville, mais je décroche un job avant d’y emménager.

3, 2, 1 : on plie nos bagages, on prend notre chaton sous le bras & on se lance !

Les autres articles disponibles

Parus: Toronto (On), par Astrid ∴ Edmonton (Ab), par Ferdy ∴ Montréal (Qc), par Wendy ∴ Whitehorse (Yt) par Julie ∴ Québec (Qc) par Léa ∴ Moncton (Nb) par Audrey ∴ Winnipeg (Mb) par Kenza

Vancouver en quelques infos

Vancouver est la ville la plus peuplée de la Colombie-Britannique mais c’est seulement la 8e ville la plus peuplée du canada. La ville est bâtie sur deux éléments principaux : une richesse culturelle immense des peuples “Premières Nations” et sur l’immigration : statistiquement, 1 personne sur 2 qui réside dans la région du Grand-Vancouver ne parle pas anglais comme langue maternelle. La construction de la ville est elle aussi très éclectique puisqu’on y voit des totems amérindiens, des buildings fraîchement sortis de terre, des architectures de maison “victorienne” et des bâtiments tout en briques, témoins d’une autre époque. Enfin, fierté de la région, Vancouver a accueilli les Jeux Olympiques en 2010 : de nombreuses infrastructures ont vu le jour pour cet événement et si vous passez dans la région en hiver, prenez le temps de dévaler quelques pistes olympiques !

Vancouver en quelques chiffres

  • Nombre d’habitants : Vancouver : 631 486 | Grand Vancouver : 2 463 431
  • Langues majoritairement parlées : anglais, cantonais, mandarin, tagalog, français. Vancouver est la ville qui a la plus grande immigration asiatique du pays et son quartier chinois est le troisième plus important d’Amérique du Nord après New-York et San Francisco.
  • Fuseau horaire : Pacific Standard Time (UTC/GMT-8), 9 heures de moins que la France. Oui, pour faire des Skypes, il faut se lever tôt !
  • Climat : la ville est en bord d’océan et est protégée par les montagnes environnantes. Grâce aux courants du Pacifique, c’est la ville la plus chaude du Pays. Vancouver est aussi surnomée “Raincouver” car il y pleut beaucoup l’hiver. Pour autant, je pense qu’on peut comparer ce climat aux climats parisiens ou bretons : oui, il pleut en hiver, mais je trouve que le vent océanique apporte de très belles éclaircies. En terme de températures, la moyenne hivernale oscille entre -5 et 10°C. En été, on est plutôt autour de 20-25°C de moyenne.
  • Atouts majeurs de la ville : la Nature ! Vancouver est considérée comme le “terrain de jeux” pour les activités outdoor. Les pistes de skis sont à 30 minutes de Downtown, les randonnées en forêts ou en montagne tout à côté. Et pour un (long) week-end, Tofino vous accueille pour des sessions de surf dans le Pacifique.

Coût de la vie

C’est le point noir de la ville : tout est excessivement cher. Un appartement en ville vous coûtera un rein, si vous achetez une voiture, oubliez votre poumon et avoir un rythme de sortie cinéma / restaurant / bars risque d’emporter votre estomac en plus… L’accès à l’immobilier est très difficile, voir impossible. Certains salaires suivent le coût de la vie élevé, mais ce serait mentir de dire c’est le cas de tous les salaires et de dire que tous les emplois à gros salaires sont accessibles au PVTistes. Nous sommes nombreux.ses à cumuler les jobs pour pouvoir vivre correctement dans la région…

Voici quelques exemples des coûts moyens :

  • Location d’un appartement, 1 chambre en centre ville, toutes taxes incluses : 2,000$/mois
  • Transports en commun pour la zone 1 seulement : adulte : 98$/mois | 3$/aller simple | 2,40$ en “stored value” (vous chargez votre carte et utilisez le montant disponible dessus au fur et à mesure que vous prenez les transports en commun)

  • Resto bon marché pour 2 : ∼50$
  • Abonnement mensuel à une salle de sport standard : entre 20 et 50$ par mois
  • Prix d’un litre d’essence : 1.55$/litre (février 2020 : avant le coronavirus et la chute des prix)
  • Salaire minimum : 13,85$ de l’heure. Il passera à 14,60$ le 1er juin prochain.

J’ai croisé mon expérience avec ce site internet. Il correspond exactement aux prix des courses que nous payons. Pour le loyer, il s’agit bien d’une moyenne dans le centre de Vancouver

Emploi

Accès à l’emploi:

Un permis de travail est obligatoire pour pouvoir travailler au Canada. L’idéal ? C’est le Permis Vacances Travail (PVT) qui est un permis “ouvert” de 2 ans et qui offre la possibilité de travailler pour presque tous les employeurs et partout dans le pays.

Si vous arrivez à trouver un emploi à distance dans une province anglophone, le permis de la “Mobilité Francophone” vous autorisera à travailler pour cet employeur, c’est donc un permis dit “fermé”.

Sinon, la Résidence Permanente est une option si vous projetez de vous installer au Canada sur du moyen-long terme.

Opportunités:

Si votre anglais n’est pas optimal, pas de panique : vous pourrez trouver facilement des jobs dits “non qualifiés” pour pratiquer. Les employeurs sont (je trouve) assez souples et ils regarderont davantage vos capacités d’adaptation et de savoir-être/savoir-faire. Si vous faites le job et que vous le faites bien, ils vous garderont sans problème.

Pour les jobs qualifiés, deux options s’ouvrent à vous : pratiquer votre anglais avant de venir ici afin d’être opérationnel(le) très rapidement ou chercher un job qui demande un bilinguisme. Les candidats francophones peuvent être de vrais perle rare (surtout si vous êtes un.e enseignant.e francophone), n’hésitez pas à explorer ces pistes. Dans tous les cas, pour les jobs qualifiés, il vous faudra avoir un bon niveau d’anglais.

Les secteurs qui recrutent le plus :

  • L’Informatique
  • L’industrie du jeu vidéo
  • L’éducation (surtout francophone)
  • L’industrie du cinéma & audiovisuel
  • La finance

Transports

Dans Vancouver, tout peut se faire en transport en commun. Le réseau est bien développé, et bien qu’il soit parfois nécessaire de coupler skytrain à un bus, je trouve que c’est relativement bien organisé. Comme c’est une ville étendue, c’est certain que ça peut prendre du temps, mais les Skytrains passent vraiment très régulièrement.

  • Skytrain : 3 lignes principales et rapides. Par exemple de la station “New Westminster” à la station “Waterfront”, comptez 30 minutes de trajet et un skytrain toutes les 3 minutes en moyenne.
  • Bus : 2 lignes de bus “express” qui passent régulièrement (les 95 et 99). Le réseau de bus pourra être votre meilleur ami ou votre pire ennemi. À Vancouver, les rues sont plutôt bien desservies et les bus fréquents (pour certaines lignes). Dans d’autres villes, ça peut se compliquer, et certaines lignes deviennent de plus en plus problématiques.
  • Les pistes cyclables sont nombreuses et des vélos en libre service sont aussi disponibles (Mobi Bikes). Attention par contre, les bornes ne sont pas situées dans toute la ville. Je vous glisse le lien de la carte pour connaître le plan des stations.
  • La voiture : on peut tout à fait vivre dans Vancouver sans voiture. D’ailleurs, dans certains quartiers il est même difficile de se garer et ça peut en devenir très pénible. En plus, l’assurance provinciale (la seule et unique ICBC) coûte une vraie fortune (en moyenne 220$ par mois). Mais très rapidement, si on veut profiter de la nature, il faut malheureusement investir ou louer un véhicule.
  • Le Vancouver International Airport propose des vols directs vers 118 destinations et est classé comme étant le 2e aéroport le plus fréquenté du pays, après celui de Toronto.

Vie quotidienne

Sentiment de « comme à la maison » :

C’est une question qui est revenue souvent quand nous avons demandé sur nos réseaux sociaux les critères importants pour vous dans le choix de la ville d’immigration.

Très personnellement, je trouve que Vancouver a un côté très “friendly” et “homy” pour différentes raisons :

  • C’est une ville très multiculturelle et il est presque impossible de se sentir “étranger” ici. Il y a tellement de personnes qui ne sont pas nées dans la région, ou qui sont des descendants d’immigré.e.s que le racisme n’est pas ambiant. Je ne dirai pas qu’il n’existe pas, car je suis sûre que –comme dans tous pays malheureusement– il existe, mais je trouve que la Colombie-Britannique met bien l’accent sur l’acceptation de tous.
  • Le Grand Vancouver est multi-facettes : les personnes qui aiment les buildings trouveront leur bonheur Downtown, tandis que les amoureux de quartiers familiaux se tourneront plutôt dans les quartiers résidentiels de la ville ou en proche banlieue. Pour celles et ceux qui aiment la nature : des villes comme New Westminster, Burnaby ou Coquitlam trouveront un équilibre entre l’accès aux forêts et lacs (véhicule nécessaire) et le Skytrain qui les ramènera dans le coeur de la ville en très peu de temps.

 

Sentiment de sécurité:

Vancouver est une ville relativement calme. Comme dans toutes les villes, il y a bien sûr des quartiers à éviter seul(e), le soir ou la nuit, mais il ne sont vraiment pas nombreux.

En tant que française, ex-parisienne d’adoption, je me sens quand même très en sécurité dans la région. En quittant Paris, j’ai quitté le harcèlement de rue, de la “plus petite” forme à la plus reloue. Ici, je n’ai pas eu de regard déplacé, pas de sifflement, pas de mec louche qui m’ait suivie *touchedubois* et surtout : plus de frotteur ou de harcèlement dans les transports.

Pour autant, il est important de noter que la région et surtout la ville de Vancouver est fortement frappée par la drogue. C’est une vraie problématique ici et certains quartiers seront peut-être à éviter aussi pour ça.

 

Santé / médecins:

Si vous êtes installé.e en Colombie-Britannique pour plus de 6 mois, vous pouvez souscrire à la MSP (Medical Service Plan), même si vous venez en PVT ou autre visa temporaire. Il y aura une carence de 3 mois après votre demande, mais ce système de santé couvre tous les soins de santé de base (médecin, spécialiste, hospitalisation, service de laboratoire, etc etc). Sont exclus les médicaments, les lunettes et soins dentaires. Généralement, des assurances privées liées à certains emplois prennent en charge ces services.

De mon côté, j’ai testé les médecins en “walk-in clinic” (clinique sans rendez-vous), et les urgences ophtalmiques. Dans les deux cas, j’étais prise en charge par la MSP, je n’ai donc rien payé (même quand j’ai dû consulter 6 fois mon ophtalmologue pour soigner une maladie). Et à chaque fois, j’ai eu des soins excellents : médecins à l’écoute, patients, attentifs et avec des diagnostiques & traitements efficaces.

 

Loisirs

Activités en plein air :

Le plein air sera votre meilleur loisir dans la région de Vancouver (et en Colombie-Britannique plus généralement). La Nature est à nos portes et elle est extrêmement diversifiée, sauvage, et encore un peu préservée des constructions de l’Homme.

Si on prend un périmètre d’une heure de voiture du coeur de la ville, on peut aller dans des paysages extrêmement différents : des lacs, des forêts mousseuses, le bord de mer, les stations de ski, les randonnées avec des panoramas époustouflants… Vancouver est surnommée comme le “playground” de l’outdoor. Tout est fait pour celles et ceux qui aiment les activités extérieures : de nombreux groupes Facebook permettent aux amoureux de randonnées de se retrouver pour covoiturer et partager une balade ensemble. Si vous êtes plus VTT de montagne, là aussi, vous trouverez des opportunités via des magasins comme MEC pour trouver des groupes. N’hésitez pas non plus à consulter le site de Vancouver Trails qui vous donnera un bel aperçu des randonnées disponibles.

Si vous habitez dans Vancouver et que vous n’êtes pas véhiculés, vous pouvez aussi profiter de Stanley Park, notre poumon de verdure. Si vous êtes plus branchés “océan”, les plages d’English Bay et de Kistilano devraient savoir vous séduire…

Vous l’aurez compris… La plus grande des difficultés, c’est de choisir entre toutes ces options ;-)

 

Arts et culture :

Ayant eu l’habitude d’évoluer dans deux grandes villes très culturelles (Strasbourg / Paris), j’avais peur d’être déçue en arrivant à Vancouver. Pleine de méconnaissances, j’ai eu peur que la ville n’ai axé ses activités que sur le plein air et rien à l’intérieur. Que nenni : la ville est très dynamique, les activités foisonnent aussi bien en anglais que dans la francophonie.

Je vous mets quelques exemples ci-dessous, mais ils ne sont absolument pas exhaustifs. N’hésitez pas à consulter le site de la ville pour avoir plus d’informations :

  • Le Théâtre La Seizième est le seul théâtre francophone de la ville. La programmation est diversifiée, audacieuse et de bonne qualité.
  • Il y a beaucoup de territoires de Premières Nations dans la région. C’est un patrimoine et une Histoire que je trouve passionnante. Dans la ville de Vancouver, vous verrez plusieurs Totem et je vous conseille chaudement de visiter le Museum of Anthropology pour en apprendre davantage.
  • Pour le sport, les gros concerts et grands événements, c’est au Rogers Arena que tout se passe.
  • Science World saura plaire aux petits et grands enfants. Comme la Cité des Sciences parisienne, cette grande sphère regroupe différentes activités scientifiques extrêmement ludiques et intéressantes. J’y ai appris beaucoup de choses et, si vous n’êtes pas très “enfants” , ils organisent des soirées réservées aux adultes.
  • Grandville Island accueille un immense marché couvert. C’est aussi le lieu de prédilection l’été : des festivals de plein air s’y déroulent et l’art y est prépondérant.

 

La francophonie et Vancouver

Même si le français est une des langues officielles du Canada, il vous faudra parler anglais pour obtenir la plupart des services  en arrivant (MSP / Permis de conduire / trouver un logement, etc).

Je trouve pourtant que la francophonie est très présente et très déployée dans la région du Grand Vancouver. Au printemps, le Festival du Bois est LE rendez-vous francophone où toutes les associations sont présentes. Pour en citer quelques unes : RésoSanté sera votre allié pour trouver des médecins et spécialistes francophones. Réseau Femme est l’association qui se bat pour le respect (et le respect des droits) des femmes. La Boussole, qui s’apparente un peu au Resto du coeur en France et qui aide les francophones les plus démunis. Le Conseil Jeunesse accompagne les jeunes francophones dans de nombreux projets (extra-)scolaires et leur permet de se retrouver dans des activités ludiques et/ou sportives.

 

Les écoles francophones:

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique vous permettra d’inscrire vos enfants dans des écoles francophones. Consultez les différents programmes qu’ils offrent car ils sont variés. Pour les tout petits, le programme “Franc Départ” accompagne les jeunes parents immigrants francophones en les accueillant dans certaines écoles de la C.-B.

Pour les très grands, une “École Virtuelle” est présente partout dans la Province et leur permet de suivre des cours variés (comme criminologie, histoire de la francophonie, réparation de vélo ou cours de Plein Air avec camping de neige l’hiver!).

Certaines écoles du secondaire (pour les ados) offrent également la possibilité d’avoir deux diplômes à la fin de leur cursus, si les enfants ont été dans des classes mi-anglophones, mi-francophones.

Bien que Vancouver soit anglophone, la population est si mixte que je trouve les gens vraiment très accueillants et tolérants vis à vis des niveaux d’anglais. Personnellement je ne suis pas bilingue, j’ai un accent français et pourtant, je ne me suis jamais sentie jugée ou “mise à l’écart”. Si vous venez vivre dans la ville, vous devrez parler anglais, mais vous verrez que votre oreille s’habituera également à différents accents du monde entier.

 

C’est la fin de ce portrait sur Vancouver. Dans les prochaines semaines, je publierai d’autres articles sur la ville (notamment sur la recherche de travail dans la région). Si cet article vous a appris des choses sur la ville ou vous a donné envie de passer y faire un tour, faites-moi signe et : bienvenue à Vancouver! :-)

Liens utiles

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    CANADA // La vie à Moncton en comparaison aux autres villes canadiennes
    5 juillet 2020 at 19 h 00 min

    […] ON par Astrid ∎ Edmonton, AB par Ferdy ∎ Montréal, QC par Wendy ∎ Vancouver, BC par Elodie ∎ WhiteHorse, YT par Julie ∎ Québec, QC par Léa ∎ Winnipeg, MB par […]

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!