1 In PVT Canada/ PVT Montréal/ PVT Vancouver

Le PVT – permis vacances travail

ali-tawfiq for unsplash

Qu’est-ce que le Permis Vacances Travail (ou Working Holiday Visa) ?

PVT / WHV sont les deux acronymes les plus utilisés pour le « Permis Vacances Travail » et le « Working Holiday Visa ». Il s’agit bien du même visa, seul son nom change en fonction de l’utilisation – PVT en français et WHV pour l’international.

A l’heure actuelle, la France a signé 13 accords de mobilités pour les jeunes de 18 à 30 ans (35 ans pour le Canada et l’Argentine). En fonction de sa nationalité, on peut avoir accès à plus ou moins de destinations. Ainsi, un belge aura le choix entre 5 pays, contre 30 pour un canadien.

En trio de tête des destinations, les français partent surtout vers les pays anglophones :

  • le Canada (en 2019, le quota a exceptionnellement doublé : plus de 15 000 personnes ont été invitées)
  • l’Australie (contrairement au Canada, il n’y a pas de quota. On recense environ 15 000 français qui partent chaque année pour le pays des kangourous) 
  • et la Nouvelle-Zélande (idem, sans quotas, mais avec beaucoup moins de demandes que l’Australie – pour l’instant).
  • Viennent ensuite le Japon, la Corée du Sud et l’Argentine.

Ces visas sont de vrais sésames : ils permettent de visiter un pays, de s’immerger dans la culture et de travailler dans presque tous les domaines. Bien entendu, certaines professions sont inaccessibles avec ce visa car elles ont des « ordres » (exemple au Canada, les pharmaciens ou les psychologues).

En rentrant en France, les pvtistes peuvent mettre en avant une expérience enrichissante sur leur CV. Qu’ils aient ou non travaillé dans leur domaine, ils rentrent souvent parfaitement bilingues (en fonction de leur implication avec l’anglais, de la ville qu’ils choisissent et de leur souhait d’apprendre la langue) et acquièrent un enrichissement personnel. L’expatriation n’est pas de tout repos mais elle permet d’apprendre à être plus organisé.e, méthodique et de savoir gérer son budget.


andrew-neel for unsplash

andrew-neel for unsplash

PVT Canada

Comment obtenir son PVT  ?

Avec beaucoup de chance, de l’argent sur son compte et une grande détermination. Comme nous le disions plus haut, le PVT Canada est accessible sur tirage au sort. C’est donc malheureusement le hasard qui décide pour nous.

Sur le site du gouvernement canadien, il est possible de savoir combien de places il reste dans le bassin et combien de personnes y sont inscrites. C’est à ce moment-là que la détermination entre en compte. Avant d’être tirée au sort en mai 2018, il ne restait qu’une dizaine de places dans le bassin, pour 17 000 candidats. Autant dire qu’on n’y croyait aucunement. Et le gouvernement a rajouté 200 places, et Élodie était dans la “ronde d’invitations” envoyée par le ministère de l’immigration et de la citoyenneté du Canada.

Quels sont les documents administratifs nécessaires à la demande ?

  • Un passeport valide durant la saison de la demande de PVT
  • Une preuve de fonds de minimum 2 500 $ canadien sur son compte
  • Une assurance voyage couvrant toute la durée du PVT

Si vous êtes tiré(e) au sort, vous aurez dix jours pour soumettre votre demande officielle. Prenez garde, le temps passe très vite et aucun délai supplémentaire ne sera accordé. Ainsi, je vous conseille d’avoir en prévision d’une éventuelle acceptation :

  • Votre curriculum vitae à jour et très détaillé. En effet, il vous faudra préciser tous vos stages – rémunérés ou non, vos expériences de bénévolat, vos études… Attention, votre CV doit être dans le format du Ministère. Vous pouvez trouver un modèle ici.
  • Une copie intégrale de toutes les pages de votre passeport.
  • Une photo d’identité avec un format extrêmement précis. Pour ne pas prendre de risque, j’étais chez un photographe qui connaissait les formats des visas étrangers.
  • Si vous souhaitez travailler avec des enfants, dans le milieu médical ou dans les soins à la personne : il vous faudra faire une visite médicale dans un lieu validé par le Ministère canadien. La visite coûte 90€, la radio des poumons 40€ et la prise de sang + analyse d’urine 36€. Le coût total oscille entre 150 et 220€ en fonction de votre région et des médecins consultés. Aucun remboursement de la sécurité sociale n’est possible. J’ai choisi de ne pas faire de visite médicale, donc sur mon PVT il est inscrit que je ne suis pas autorisée à travailler dans ces trois secteurs d’activité.
  • Une copie de votre carte d’identité (en plus du passeport)
  • Et désormais, il vous faudra déposer vos empruntes pour les données biométriques


Où puis-je trouver des informations complémentaires ?

Pour tout connaître des Permis Vacances Travail et des destinations en détails, n’hésitez pas à vous diriger sur le site “PVTiste.net” qui est une vraie mine d’or !

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    PVT Canada : et si je tombe malade ? Retour d'expériences ! | World Wild Travellers
    19 avril 2020 at 8 h 22 min

    […] malade en PVT : l’angoisse numéro 1 de certains pvtistes ! Eh bien rassurez-vous, je me suis dévouée pour vous faire un retour d’expériences (oui […]

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!