3 In PVT Canada/ PVT Montréal/ PVT Vancouver/ Région de Vancouver

Déménager de Montréal à Vancouver : check list du déménagement

Parfois, en tant qu’Européenne, je ne me rends pas toujours compte de l’immensité du Canada. Pour être honnête, il aura fallu que j’attende de déménager de Montréal à Vancouver pour la comprendre réellement.

Repartir de zéro

Quand j’ai trouvé mon travail à Vancouver depuis Montréal, je me disais “Oh, ça va. Ce sera comme déménager de Strasbourg à Paris”. Oui, ceux qui savent auront sans doute un grand sourire devant ma naïveté.

Non, ce n’est pas aussi simple.

Un Montréal – Vancouver, c’est aussi loin qu’un Paris – Montréal. C’est quasiment une seconde expatriation, un second processus d’installation et d’adaptation : il faut repartir de zéro.

D’Est en Ouest, comment se préparer?

Ce qu’il est important de savoir, c’est que si vous souhaitez/réussissez à décrocher un job à distance du Québec vers la Colombie-Britannique, il se peut que vous ayez peu de temps pour organiser ce déménagement. Le marché de l’emploi va très vite au Canada. Je quittais mon emploi au Québec le 8 octobre et commençais mon prochain travail en C.-B. le 4 novembre. En un mois, il me fallait rendre mon logement québécois, vendre mes meubles, déménager, et me réinstaller à l’autre bout du pays.

Rassurez-vous : avec la souplesse canadienne, tout se fait très vite. Il ne vous faudra que du courage, de l’organisation et beaucoup d’énergie.

Ready? Let’s go !

1 – Le logement

Dès que vous êtes sûr.e.s de votre choix et de vos dates, n’oubliez pas d’en parler à votre propriétaire. Il vous faudra sans doute procéder à une cession de bail mais, à Montréal, ce n’est vraiment pas un problème. Nous avons posté notre annonce un dimanche à 11h du matin. À 20h nous avions eu 2 visites, dont 2 dossiers déposés et nous avions une liste de 8 visites dans les jours qui arrivaient.

Votre propriétaire doit être en accord avec la cession de bail, n’oubliez pas de discuter avec lui en amont et, surtout, n’oubliez pas que la régie du logement est là si vous vous posez des questions à ce sujet. Si tout se passe bien avec votre propriétaire et avec la cession de bail, pourquoi ne pas en profiter pour lui demander une petite lettre de recommandation en anglais ? En effet, elle pourrait vous aider dans votre recherche d’appartement à Vancouver.

Petit conseil d’expérience : ne négligez pas le temps que peut vous prendre la vente des meubles. Nous avions mis une annonce où nous ne cherchions que des locataires qui pourraient racheter la majorité de notre mobilier. Là aussi, nous avions 3 couples / personnes qui étaient intéressé.e.s et 2 qui avaient déjà déposé.e.s des dossiers. À Montréal, il y a beaucoup de nouveaux expat’ qui arrivent et que ça peut arranger d’acheter tous les meubles d’un coup. C’est gagnant-gagnant…

2 – Les transports

Comment souhaitez vous faire la grande traversée ? La voiture est tentante, mais attention à votre budget : l’arrivée à Vancouver coûte vraiment très cher. Quand vous êtes sûr.e.s de vouloir déménager, je vous conseille de faire plusieurs budgets estimatifs afin de trouver la solution qui vous convient le plus.

3 – Les démarches administratives

Au Québec, beaucoup de compagnies (téléphonie, internet, parfois les banques) sont spécifiques à cette province. En la quittant, on quitte tous les services qui vont avec. Personnellement, j’avais choisi la banque “Desjardins” en arrivant : bingo, elle n’est présente qu’au Québec. J’ai donc dû fermer mon compte et en ouvrir un nouveau à la Banque Nationale du Canada. Pour internet, j’étais chez Virgin Mobile (bah oui, ils sont partout eux non ?). Eh non, en Colombie-Britannique, ils n’ont pas de couverture internet… Bref, vous l’aurez compris : il faut bien vérifier tous ses abonnements afin de savoir si on peut faire un simple changement d’adresse ou s’il faudra résilier et trouver sur place.

4 – Que faire de ses affaires ?

Nous n’avons pas réussi à tout caser dans nos 4 valises. Nous voulions prendre 3 valises par personne, mais sachez que c’est assez compliqué (en tout cas, avec AirTransat). En effet, la compagnie nous a proposé de venir le jour de notre vol, voir s’il y avait assez de place dans l’avion, si oui : payer 200$ pour les 3e valises, si non : avoir un.e ami.e pour prendre en charge notre bagage non-enregistrable.

Nous avons donc décidé de partir avec 2 valises par personne et de mettre tout le reste en carton. Certaines compagnies (ex : Purolator, FedEx, UPS ou encore la Poste Canada) nous proposaient leurs services pour moins de 300$ (pour 6 cartons d’un poids total d’une centaine de kilo). C’est bien plus rentable que l’excédent bagage proposé par notre compagnie aérienne.

5- Et maintenant ?

Pro-fi-tez ! Le temps passera bien trop vite avec toutes les démarches, profitez des endroits que vous aimez… Du petit restaurant qui vous sert de “comfort food”, de votre librairie avec des livres en français… De votre rue favorite et du Mont Royal, pour dire un petit au revoir à cette chouette ville.

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply
    Vancouver : les premiers pas dans la ville | World Wild Travellers
    26 janvier 2020 at 21 h 14 min

    […] 1 mois à préparer un déménagement longue distance, après 6h d’avion avec Tala à nos pieds, et beaucoup beaucoup de manque de […]

  • Reply
    La vie à Vancouver vs les autres villes canadiennes | World Wild Travellers
    23 mars 2020 at 15 h 26 min

    […] Check-list du déménagement […]

  • Reply
    La Mauricie : 3 endroits coup de coeur ! | World Wild Travellers
    11 avril 2020 at 9 h 02 min

    […] la région de la Mauricie est un endroit magnifique qu’il faut absolument visiter ! Lorsque j’habitais à Montréal, j’aimais énormément prendre le temps d’y faire un tour le temps d’un week-end. […]

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!